Alors que le deuxième épisode d’Un Siècle vous contemple vient d’être diffusé c’est l’heure du bilan pour l’épisode 1. Nous avons eu de nombreuses réactions depuis la projection en avant-première à l’ISG Toulouse de la part de spectateurs mais aussi de professionnels. Nous nous sommes entretenus avec Gabin Fueyo, le créateur de la série :

Gabin Fueyo créateur de la série Un Siècle vous contemple

Quel est votre ressenti en ce début de saison d’Un Siècle contemple, vous avez fait le pari de changer le format d’une formule qui avait fait ses preuves sur deux saisons ?

Mon ressenti est très positif, le retour des spectateurs est très encourageant. J’avais envie de faire évoluer le projet. Quand j’ai tourné la deuxième saison à la résidence Orpéa Crampel j’ai découvert qu’une maison de retraite pouvait être le décor d’une grande saga. 

Concernant le format de 26 minutes, j’y crois à fond, car le contenu est là, avec l’évolution de la production j’envisage même de passer sur un format plus conventionnel de 52 minutes à l’avenir avec lequel nous aurons encore plus l’opportunité de rentrer dans le fond des choses. 

Toutes les études de marketing privilégient le format court sur internet mais depuis l’arrivée de plateformes comme Netflix, l’attention du spectateur a évolué sur les écrans. Et je le redis avec Un Siècle vous contemple le contenu est là. 

Certains ont utilisé le terme « idéalisé » en parlant du premier épisode…

Je peux le comprendre et l’expliquer. Cela concerne les spectateurs qui veulent voir un documentaire sur les Ehpad. Or, ce n’est pas le sujet. L’ADN d’Un Siècle vous contemple c’est de mettre en avant une personnalité, son histoire, son point de vue sur le monde d’aujourd’hui. La maison de retraite est le décor du film pas le sujet principal. L’intérêt est de mettre en avant ce qu’il se fait de mieux. Toutes les entreprises sont soumises à la concurrence, ce qui les oblige à se surpasser. En mettant en avant les points forts de ces établissements ça doit encourager d’autres, moins rigoureux, à se mettre à niveau. Ça montre aussi aux familles ce à quoi elles peuvent prétendre pour le bien-être de leurs aînés et leur permettre de faire les bons choix (quand le choix est possible). 

Pour revenir sur « idéaliser », je peux vous affirmer que ce que vous voyez reflète parfaitement les émotions qui nous ont traversés pendant le tournage. Nous suivons une feuille de route pour la réalisation mais rien n’est écrit à l’avance, les interviews sont sans filet et en une seule prise. À savoir aussi que les Ehpad où nous avons tourné nous ont laissé une totale liberté sur le contenu des épisodes. 

Quant au contenu, il est loin d’être « idéalisé », nous abordons le sujet du syndrome de glissement, la perte d’êtres chers, une relation amoureuse du Grand Âge… Je vous assure qu’il y a énormément de réflexion au montage, que rien n’est laissé au hasard et qu’il peut y avoir plusieurs lectures de chaque épisode. 

Comment se porte Odette et comment vit-elle l’après diffusion ? 

Odette se porte à merveille et je la remercie d’avoir été aussi patiente car l’épisode a été tourné en juin 2018, il a fallu attendre longtemps avant sa sortie. C’est une formidable rencontre, Odette est magnifique et adorable, c’était la femme parfaite pour commencer cette nouvelle aventure. J’ai été submergé par l’émotion quand nous sommes allés présenter l’épisode à Notre dame de la Paix où tous les acteurs étaient présents. Quand Odette m’a pris la main pour me remercier en me disant que ça lui avait permis de se projeter et de passer le cap de l’arrivée en maison de retraite, de continuer à aimer vivre, j’ai été bouleversé. C’est à ce moment précis que la force pour faire grandir le projet est devenue indestructible. 

Je remercie aussi les médias qui contribuent au cercle vertueux du dispositif. Odette a pu se voir en photo dans la presse et passer à la radio, c’est aussi ça l’aventure Un Siècle vous contemple. (Le magasine Stylist, L’Amuse gueule sur VL, Agevillage.com, Actu Toulouse, France3 )

Odette marque l’Histoire de Radio Vl en direct dans l’Amuse Gueule présenté par Colas Auras.

Odette et Sabine dans le magasine Stylist du 4 avril 2019.

Vous dîtes qu’Un Siècle vous contemple crée du lien ?

J’ai un exemple très concret à vous donner. Avant la diffusion officielle du premier épisode, j’ai eu la chance que la série soit étudiée d’un point de vue marketing, par une promotion de 40 élèves âgés d’une vingtaine d’années, de l’Institut Supérieur de Gestion de Toulouse. L’engouement de tous ces jeunes pour le sujet a été incroyable. Ils se sont filmés pour envoyer un message vidéo sur les réseaux sociaux à Odette qui leur a, elle aussi, répondu.

Suite à la projection en avant-premiere, une des étudiantes, Vénus, (que vous découvrirez dans l’Épisode 3)  a eu un véritable coup de coeur pour Odette. Elle est allée lui rendre visite directement à la maison de retraite pour passer une journée en sa compagnie. 

les étudiants de l’ISG Toulouse adressent un message vidéo à Odette.

Professionnellement comment le projet évolue ?

Depuis la diffusion publique datant du 9 mars, Un Siècle vous contemple suscite l’intérêt et m’amène à rencontrer et à échanger avec de nombreuses personnes liées à la Silver Économie.

Nous avons été reçus par Véronique Volto, vice présidente du Conseil départemental de la Haute-Garonne, très sensible au sujet et qui nous a apporté des solutions concrètes pour que la série se pérennise.  

Des projets parallèles pourraient voir le jour avec le groupe Orpéa et/ou Philogeris. 

J’ai aussi été contacté par Emmanuel Guary de l’association des Petits Frères des pauvres avec qui j’aimerais créer un partenariat qui donnerait encore plus de sens au projet, l’idée est déjà là, mais je la communiquerai un peu plus tard. 

Regardez dès à présent les deux premiers épisodes de la saison 3 :

Saison 3 USVC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *